L’Herbe de Sang Japonaise

L'Herbe de Sang Japonaise

L’Herbe de Sang Japonaise

L’Imperata cylindrica est une graminée aussi appelée Saccharum cylindricum ou Herbe de Sang Japonaise qui appartient à la famille des saccharum communs à laquelle appartient également la canne à sucre. On retrouve l’Herbe de sang japonaise naturellement en Asie, en Chine, au Japon ou en Corée ainsi qu’en Australie. Cette plante peuple les zones sableuses et salines en bordure de mer ou dans les zones inondables et désertiques du désert Australien. Cette herbe possède la particularité de survivre en zones désertiques et en zones salines. Ainsi, elle a développé des vertus adaptatives d’exception, en particulier pour son hydratation.

prelude-control

Les racines de l’Herbe de Sang Japonaise sont des rhizomes qui contiennent des amidons, du sucre et une exceptionnelle richesse en potassium. En effet, le potassium contenu dans cette plante représente environ 0,75% du poids sec de cette plante. C’est la raison pour laquelle cette plante était utilisée de façon ancestrale par les populations indigènes australiennes en tant que substitut au sel.
et en plus de ces concentrations exceptionnelles en potassium, l’Imperata cylindrica présente une deuxième particularité intéressante. Ses cellules disposent d’un moyen unique de résoudre les problèmes osmotiques liés à l’excès de salinité : le DMSP. Le soluté naturel 3-diméthylsulfopropionate aussi appelé DMSP s’accumule dans certaines plantes tolérantes au sel, telles que Spartina alterniflora, certaines algues ainsi que dans l’Herbe de Sang Japonaise.
Chez ces plantes, le DMSP joue le rôle principal en tant qu’osmolyte compatible permettant de résister à des conditions anormales de sécheresse ou de salinité. Le DMSP, molécule originale, a été clairement identifiée comme étant une molécule osmoprotectrice permettant à la cellule de piéger son eau et de maintenir ce capital.

L’abondance de potassium et la forte teneur en DMSP permettent de mieux comprendre comment l’Herbe de Sang Japonaise peut survivre en conditions climatiques défavorables. Ces deux éléments agissent en synergie pour maintenir, quelles que soient les conditions, la plante dans un état d’hydratation convenable. Cet effet interactif d’un apport conjoint de potassium et de DMSP permet de maintenir l’équilibre osmotique des cellules : les ions potassium aident au maintien du gradient ionique naturel et le DMSP osmoprotecteur permet à la cellule de maintenir son capital en eau.

En Europe, une femme sur trois déclare avoir une peau sèche. L’évolution des conditions de vie explique en partie cette situation avec l’accroissement de l’hygiène, les atmosphères chauffées et/ou climatisées, ou bien encore le dessèchement accompagnant le vieillissement naturel etc. Or la déshydratation cutanée est une cause majeure du vieillissement prématuré de la peau. Hydrater l’épiderme est donc un geste quotidien nécessaire au confort de la peau et au maintien de sa jeunesse, et cette hydratation doit être efficace et durable pour maintenir une barrière cutanée opérante. C’est pourquoi la recherche Romy Paris a sélectionné cet actif original et rare pour résoudre efficacement les problèmes sécheresse et de déshydratation cutanée.